Une partie des images présentes sur ce forum est l'oeuvre et la propriété d'Ankama ©
www.dofus.com/fr




Partagez | 
 

 Ac. Chlor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cloona
Eldrigan Graine
Eldrigan Graine
avatar

Féminin Le Flaqueux
Nombre de messages : 134
Age : 21
Classe : Crâtte
Métiers : Agent privée
Guilde : Fleeting Liberty
Cercle :
200 / 200200 / 200

Date d'inscription : 08/12/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
199/200  (199/200)

MessageSujet: Ac. Chlor.   Sam 23 Nov - 19:49

         C'était un vieux livre poussiéreux, semblable à tous les autres que l'on trouve dans les coins les plus reculés des bibliothèques.
Mais celui là se distinguait des autres, d'une part car il avait le dos doré et tailladé, et d'autre part car sa couverture, d'un cuir vieilli mais néanmoins encore souple, était ornée de motifs et décorations d'or. Si ses ornements étaient relativement abîmés ou arrachés, l'intitulé du livre l'était davantage, rendant les lettres du bouquin presque illisibles. Cependant, on pouvait le deviner grâce aux ombres de son jadis emplacement et de quelques bouts de lettres : Ac. Chlor.
Ce livre résumait l'histoire d'une jeune Crâ et de son compagnon. Et bien que la majorité des pages étaient absentes, il en restait quelques unes en désordre ou à moitié déchirées qui détaillaient les souvenirs et aventures de la disciple Crâ.
Il semblerait qu'un écrivain, aussi mystérieux qu'inconnu, alimentait le nombre d'écrits réunis entre les deux vieux morceaux de cuirs.
Et bien qu'il avait une forte odeur de papier pourrissant et humide, il prit place parmi les autres histoires des aventuriers placées dans la grande Bibliothèque du Castel.


Dernière édition par Cloona le Mer 16 Juil - 19:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cloona
Eldrigan Graine
Eldrigan Graine
avatar

Féminin Le Flaqueux
Nombre de messages : 134
Age : 21
Classe : Crâtte
Métiers : Agent privée
Guilde : Fleeting Liberty
Cercle :
200 / 200200 / 200

Date d'inscription : 08/12/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: Ac. Chlor.   Dim 19 Jan - 19:05

         L'hiver s'était déjà installé confortablement sur la contrée d'Amakna en cette année 627, recouvrant les plantes d'un doux drap de flocons scintillants sous les rayons chauds du soleil. Mais la glace et l'air froid l'emportaient sur l'astre brillant, tout comme Brakmar avait pris possession des terres et îles du pays.

         Dans les rues de Brakmar, les commerçants criaient, de leur voix éteinte par la fraîcheur de l'atmosphère, les qualités de leur marchandise. Tous les êtres vivants bipèdes que l'on pouvait croiser étaient dissimulés par une quantité monstre de laine de bouftou achetée à un escroc au coin de la rue ou dépecée lors d'escapades passées. Les rues étaient beaucoup plus calmes que durant les mois où il est bon de flâner le nez au vent et les doigts de pied trempant dans le caniveau sale et rafraîchissant.
La neige amortissait tous les bruits les plus désagréables, elle rendait presque à la ville un aspect de paix et de sérénité. Les murs de la ville abritaient plusieurs dizaines d'habitations, de différentes tailles mais de façade toutes plus ou moins ressemblantes les unes aux autres.
Mais il y en avait une en particulier, indissociable des autres grâce à son extérieur et à son intérieur -lorsque l'on y jetait un œil par la fenêtre- typiquement brakmarien, qui était dans un coin plus paisible que dans le centre ville. Ce n'était pas l'esthétique de la maison qui faisait sa particularité, mais ses propriétaires. La maison elle, était soigneusement décorée par des ossements, du bois sombre et quelques flaques de sang desséché par le courant de lave qui passait à dix pas et qui chauffait toute la maison. L'intérieur était propre, la poussière n'y avait pas pris le dessus et les toiles d'araknes, bien qu'elles déplaisaient aux propriétaires, avaient leur place dans les coins du plafond pour ne pas attiser la curiosité de malfrats trop fouineurs. Les pièces étaient assez éclairées, l'air y était sec et agréable. Il y faisait bon vivre. L'escalier qui menait à l'étage ne grinçait pas malgré l'ancienneté de la bâtisse.
Les propriétaires se résumaient à un couple de Crâs, Lyly et Aymeric, installés dans la ville depuis plusieurs générations. Ce 7 Flovor était un grand jour pour eux puisque Lyly avait accouché à l'aube d'une petite créature blonde. Plusieurs heures déjà après sa naissance, on pouvait l'associer à sa mère, elle avait la même transmission d'émotions dans ses yeux, le même teint de peau illuminé et doux, les mêmes lèvres rosées et les mêmes cheveux scintillants de splendeur.
Le nom dont elle avait hérité fut trouvé sur un accord commun, il emplissait de bonheur les deux jeunes parents et ils passaient leur temps à le répéter tant ils étaient charmés par sa résonance et par leur belle création :
Cloona.


Dernière édition par Cloona le Mer 16 Juil - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cloona
Eldrigan Graine
Eldrigan Graine
avatar

Féminin Le Flaqueux
Nombre de messages : 134
Age : 21
Classe : Crâtte
Métiers : Agent privée
Guilde : Fleeting Liberty
Cercle :
200 / 200200 / 200

Date d'inscription : 08/12/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: Ac. Chlor.   Mer 16 Juil - 18:57

.          Plusieurs semaines s'étaient écoulées depuis la naissance de Cloona. C'était un nourrisson dont il n'était pas dur de s'occuper. Elle restait calme, muette, comme s'il ne naîtrait jamais aucune larmes de ses yeux et aucun cris ni murmures de sa bouche. Elle regardait, elle captait de son regard les informations, les images et les sons qui s'aventuraient jusqu'à ses sens. Elle restait muette, elle ne réclamait pas, ne perçait pas de cris stridents les tympans de ses parents. Elle mangeait à heure fixe, ne faisait pas totalement ses nuits mais restait cependant immobile, sans bruits, lorsqu'elle ne dormait pas. Elle s'agitait, toujours silencieusement, lorsqu'un besoin quelconque se faisait ressentir.
.          Ses parents, d'abord émerveillés par son arrivée, s'inquiétèrent peu à peu. Ils avaient discuté de cette nouvelle avec leurs amis les plus proches. Ils récoltèrent des avis, des conseils, des avertissements. Un bébé demandait beaucoup d'attention. Un bébé était bruyant, mangeait souvent, se réveillait et réveillait la maison. Un bébé coûtait cher. Mais un bébé est mignon, c'est comme un poupée. Un bébé c'est un rêve, une vie qui se fixe. Ils repensèrent à toutes ces conversations et réfléchissaient à un moyen de faire émettre ne serait-ce qu'un son à leur enfant. Ils essayèrent des choses, en vain. L'enfant les regardait, s'agitait, puis se calmait. Ils décidèrent de faire appel à un docteur, un charlatan déguisé, soit disant spécialiste chez les enfants. Ils n'y croyaient pas, mais qu'avaient-il à y perdre ? Malgré leurs efforts, l'échec de cette dernière tentative avait décimé leur espoir et ils se mirent en tête que leur fille n'avait pas l'usage de la parole.

.         Les semaines passaient. Les mois passaient. Et la première année déjà été passée. La maison était toujours aussi calme. Mais un bruit résonna dans le salon au début de l'après midi, en ce bon mois de Flovor où la neige avait une nouvelle fois recouvert les rues et toitures des maisons. Une silhouette se tenait devant la porte d'entrée, sur le seuil crevassé et malmené par le temps. La silhouette frappa à nouveau la porte avec les ornements prévus à cet effet. On entendit un bruit de pas pressé se diriger vers la lourde porte. Du métal cliqueta dans la serrure et la porte s'entrouvrit , laissant paraître le visage d'une femme d'un certain âge.


Dernière édition par Cloona le Jeu 17 Juil - 17:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cloona
Eldrigan Graine
Eldrigan Graine
avatar

Féminin Le Flaqueux
Nombre de messages : 134
Age : 21
Classe : Crâtte
Métiers : Agent privée
Guilde : Fleeting Liberty
Cercle :
200 / 200200 / 200

Date d'inscription : 08/12/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: Ac. Chlor.   Mer 16 Juil - 22:40


.         Lyly sourit à l'ombre dans l'entrebâillement de la porte. Cette dernière s'ouvrit en grand à la volée et les tissus se froissèrent. Les deux femmes s’entrelacèrent un long moment, leurs doigts s’agrippant dans la tunique de l'autre comme si le diable tentait de les séparer. Elles se lâchèrent enfin et se regardèrent tout sourire, leurs larmes humidifiant leur teint blanc. L'invitée était une Pandawa qui avait vécu, d'après les traits de son visage bien marqués, beaucoup d'aventures, et qui avait même vécu tout court. Pounda, de son nom de Pandawa, était une femme bien toilettée et peignée. Elle suintait l'élégance et la confiance. C'était une grande Dame pour Lyly. C'était la femme qu'elle avait connu depuis son plus jeune âge. C'était la femme qui s'était occupée d'elle, qui l'avait recueillie. Elle ne fut pas seulement sa nourrice, elle fut sa deuxième famille, sa conseillère, son mentor, sa meilleure amie, sa sœur, son refuge à elle. Elles avaient du se séparer le jour où Lyly décida de s'engager dans l'armée brakmarienne, contre la volonté de sa protectrice. Une dispute éclata le soir où à l'époque la jeune Crâ lui appris la nouvelle. Elle s'était ensuite enfuie avec quelques affaires et les deux femmes n'eurent plus de contact jusque récemment pour discuter de Cloona.
          Les deux femmes s'installèrent autour d'une table et d'un bon thé et discutèrent jusqu'à la tombée de la nuit. Les rires fusaient dans la pièce. Mais plus le temps passait et plus Pounda s'interrogeait sur l'arrivée d'Aymeric. Puis la conversation s'orienta sur ce dernier et sur la venue de la nourrice. Les rires cessèrent et les sourires disparurent. Les répliques étaient longues, argumentées, profondes et sérieuses. Lyly devait rejoindre Aymeric pour une mission urgente et c'était déjà un miracle qu'on lui accorde une journée pour trouver une nourrice pour sa fille. Elle devait partir à l'aube, son sac était soigneusement préparé et elle était prête à partir. Elle fit visiter la maison à sa nouvelle locataire, lui expliqua le fonctionnement de quelques babioles et aménagements et s'arrêta devant la porte du nourrisson, au premier étage. Elle hésita quelques secondes, prise de regrets, puis entra. Le bébé ne dormait pas, comme si elle était au courant que quelque chose allait se passer. Elle regardait sa mère immobile qui commençait à pleurer. Pounda entra dans sa chambre. Lyly attrapa sa progéniture et la serra tendrement contre sa poitrine. Elle lui murmurait à l'oreille une comptine qui les rassurait toutes les deux. Elle tendit sa fille à sa nouvelle nourrice. Celle-ci l'éleva au dessus de sa tête et l'analysa sous toutes les coutures, attendrie par la minuscule créature qu'elle tenait dans ses mains. Les deux femmes redescendirent les escaliers, toujours avec la petite dans les bras de Pounda. Lyly lui tendit les doubles des clefs de la maison et termina son discours sur l'attitude de la nouvelle-née. Elles allèrent ensuite recoucher Cloona et allèrent se coucher par la suite.
         La nuit fut courte. Les deux femmes n'avaient pas pu trouver le sommeil reposant dont elles avaient besoin et l'heure du départ de Lyly était déjà arrivée. Des lumières s'allumèrent dans la maison. Il était tôt et l'agitement était déjà présent. La jeune mère alla embrasser son bébé une dernière fois et rappela à son amie qu'ils seraient de retour d'ici une à deux semaines.
Lyly prit son amie dans ses bras et sortit de la bâtisse, un pincement au cœur. Elles se saluèrent tandis que la Crâ s'éloignait sur le dos d'une dragodinde, la neige étouffant le bruit de chaque battue de la monture. Pounda rentra, joyeuse d'avoir retrouvée sa jeune amie, et attristée par son départ et la voie qu'elle avait choisie. La porte se referma. Les lumières s’éteignirent et le calme retomba.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cloona
Eldrigan Graine
Eldrigan Graine
avatar

Féminin Le Flaqueux
Nombre de messages : 134
Age : 21
Classe : Crâtte
Métiers : Agent privée
Guilde : Fleeting Liberty
Cercle :
200 / 200200 / 200

Date d'inscription : 08/12/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: Ac. Chlor.   Ven 29 Aoû - 22:09

.          Les années passèrent... Le couple de Crâs pouvaient s'absenter plus souvent maintenant que leur fille avait grandi et que Pounda était là pour assurer durant leur absence. Cependant de nouveaux événements étaient venus perturber le petit train-train de la famille. La petite Cloona arpentait des attitudes étranges.  Elle avait désormais huit ans, marchait et courait partout dans la maison. Elle s'était blessée tant de fois en tombant qu'elle était devenue habile pour tout escalader comme une Casse-cou. Elle parlait peu mais essayait d'articuler et d'être compréhensible pour exprimer ses besoins et faire des phrases correctes. Elle suivait des cours, comme tous les enfants de son âge, elle apprenait à manier divers objets, à contrôler ses gestes et être précise dans ses actions. Elle avait aussi appris à lire et à écrire. Bien que l'écriture ne soit pas son fort, elle aimait bien lire et que l'on lui raconte des histoires. Leur fille était sans histoires, une élève modèle et disciplinée bien que discrète. Trop discrète pour que ses parents soient convoqués d'urgence à l'école un jour qui aurait du être aussi calme que les autres. Lyly et Aymeric arrivèrent à l'établissement le plus rapidement qu'ils le purent. L'institutrice, une Sadida d'un certain âge déjà, les attendait devant l'entrée d'un air de contrariété et d'incompréhension. Les trois personnes s'installèrent dans le bureau de la supérieure. Les deux Crâs s'inquiétèrent de ne pas trouver dans la pièce leur enfant, craignant que le pire ne se soit produit. La Sadida posa ses coudes sur la table, joignit ses doigts ensemble et posa son menton dessus, le regard dur et sérieux. L'inquiétude grandissait chez les deux interpellés. Le silence était pesant, écrasant et laissait à cogiter. La Sadida ne savait comment leur annoncer la nouvelle. Lyly craqua la première, posant ses mains sur le modeste meuble, elle demanda, prête à pleurer, comment allait leur fille.
.           L'institutrice raconta alors toute la scène à la jeune mère désolée et au jeune père froid, prêt à tout entendre sans laisser paraître la moindre fissure de douleur. La journée s'était déroulée sans accroc jusqu'à la sortie des enfants en milieu d'après-midi. Cloona s'amusait avec ses camarades jusqu'à ce que l'un des garçons perturbateurs, un Iop, jeta un caillou sur l'une des amies Ecaflip de Cloona. Cette dernière alla voir la bande du maraud. Une fois campée devant eux, elle dévisagea le Iop et le prévint de ne plus recommencer, sous peine de lui rendre la monnaie de sa pièce. Amusé, le moutard rigola et accepta. Sans plus attendre, une fois Cloona le dos tourné, il recommença. La jeune Crâ lui fit face une nouvelle fois, se prenant elle aussi un caillou sur la figure. Elle porta un doigt à sa lèvre où quelques gouttes de sang perlaient. Elle regarda son doigt, le porta à sa bouche pour le nettoyer et passa sa langue sur sa blessure. Elle reporta ensuite son regard droit dans celui de son agresseur et s'approcha dangereusement de lui. Il continua de rire, ignorant la menace. Que pouvait bien lui faire une frêle fillette ? Cloona lui attrapa la jugulaire. Le Iop cessa aussitôt de sourire et la fixait. Une expression se figea alors sur son visage. La peur l'envahit. Le regard de la Crâ avait changé. Ses pupilles qui étaient d'un joli bleu se transformèrent en un profond noir terrorisant. L'un des Xélor de la bande essaya de s'interposer entre eux. Il déchanta vite sous le coup que lui asséna la Crâ. Elle resserra sa prise autour du coup de sa victime et lui murmura quelques paroles à l'oreille. Des larmes commençaient à dégringoler sur les joues de son ravisseur. L'institutrice arriva en brayant, avertie par l'un des garçons. Cloona ne l'entendit pas, elle continua de serrer sa prise et commençait à le ruer de coup d'une force qui n'était plus la sienne. La Sadida eut du mal à les décrocher mais réussit tant bien que mal. Elle lui avait planté les doigts dans la peau si fort que son cou n'était pas seulement rougit par l'étreinte mais aussi par le sang.
Les deux furent emmenés à l'infirmerie, l'un allongé dans le lit, l'autre attachée sur une chaise, en attente d'examen. Ce dernier ne fut pas concluant. L'Eniripsa qui soignait d'habitude tous les maux était incapable de diagnostiquer quoi que se soit. Des yeux aussi sombres que les ténèbres, une force démesurée par rapport à la capacité du corps, et une colère tournait en haine, inexplicable, incompréhensible. Elle était encore scellée à la chaise lorsque ses parents arrivèrent dans l'infirmerie après leur discussion avec la Sadida. Elle dormait et paraissait presque paisible. Sa mère passa sa main sur son visage, encore sous le choc de la nouvelle. Les yeux de Cloona s'entrouvrirent, bleus, illuminés, comme si rien ne s'était passé. Rassurés de la revoir à peu près normale, les parents demandèrent à prendre congé et décidèrent d'aller la faire examiner si un autre drame arriverait.
.           Les jours passaient après l'incident. Comme s'il ne s'était jamais rien passé d'anormal. La petite ne demanda aucune explications et lorsque ses parents essayaient d'en apprendre plus en la questionnant, elle était incapable de répondre et ne comprenait pas toutes ces questions. Elle ne se souvenait de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ac. Chlor.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ac. Chlor.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan des Eldrigans :: Le village :: La Bibliothèque du Clan :: Les Ecrits des Mercenaires et Voyageurs-
Sauter vers: