Une partie des images présentes sur ce forum est l'oeuvre et la propriété d'Ankama ©
www.dofus.com/fr




Partagez | 
 

 Le Chant du monde : Fragments retrouvés I [Acidrik Fenlapanse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 22
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Le Chant du monde : Fragments retrouvés I [Acidrik Fenlapanse]   Lun 24 Sep - 12:51


"Ici il n'y a rien". Pendant des lustres et des lustres, ce fut bien la seule chose à dire du recoin d'Univers dont il est question dans cet ouvrage. Mais ô vénérable lecteur, admirable lectrice, l'as-tu senti, toi aussi ? Certes oui, sinon tu ne te retrouveras pas à lire ces lignes... Intrépide lecteur, lectrice téméraire, tu le devines, tu le sais : l'Histoire est en marche ! Un Monde s'apprête à fleurir ici-même sous tes yeux ! Mais prend garde toutefois : c'est d'une naissance peu ordinaire dont il s'agit ! Et ceux qui attendent une histoire à papas, une de celles qu'on raconte le soir aux enfants sages, feraient mieux de refermer ce livre. Car ils ne trouveront ici aucune fée exauce-minute, aucune allumeuse de feux d'artifesses ni d'archer aux attributs superbement moulés dans une combinaison de cuir souple, et encore moins de preux paladins gavés de testostérone - pardonnez-moi, je m'emballe... Les pages qui suivent décrivent la genèse d'un Monde bientôt plongé dans les ténèbres absolues. Déchirés par des guerres sanglantes. Livré en pâture aux brutes ! Aux rustres ! Aux barbares ! Voici l'histoire de ce Monde qui tirait sa splendeur d'une demie douzaine d'œufs, et qui fut précipité dans le chaos à cause d'eux...


Mais, révéré lecteur, sublime lectrice, permet-moi de de me présenter : Acidrik Fenlapanse, Maître ès divination et haruspices. En clair : je lis le passé et l'avenir dans les entrailles de tout ce qui se meut à la surface de ce Monde. Je lis aussi dans la mousse de bière, pourvu qu'elle soit d'Amakna, et dans le carré de porc (mais uniquement du trois étoiles). Tu trouveras dans les pages qui suivent tout ce qu'il m'a été donné de voir sur la création du monde : tu tutoieras les dieux et déesses, une visite des champs de bataille, lecteur, lectrice, comprendras que le monde de cet extrait, de ces lignes, couvre une multitude d'histoires.


Prologue :


En guise de prologue à ce récit, sachez qu'un seul dieu ne suffit pas à créer un monde digne de ce nom. Or, le monde dont il est question ici doit beaucoup à Osamodas, un dieu taciturne, qui préfère la compagnie des bêtes à celles des autres hommes. Certains disent qu'il s'est fait une spécialité des invocations animales... Ce qui profite à ses fidèles : les disciples d'Osamodas peuvent invoquer les plus beaux spécimens de la faune d'Amakna : du tofu, ce gracile volatile au plumage jaune, au bouftou, ce gracieux herbivore au lainage blanc, en passant par le prespic, cette graisseuse bestiole dont les piqures arrachent des cris aux plus endurcis.
Lors d'une de ses promenades solitaires, le dieu Osamodas tombe nez-à-nez avec un panneau étrange. De cette trouvaille, et grâce aux dragons du dieu, un nouveau Monde nait.


"Ici, il n'y a rien". Écrits en lettres de feux sur un panneau de platine, les mots clignotent tour à tour; ils semblent flotter au milieu de nulle part. Autour du panneau gravite un astre morne et froid lancé comme tant d'autre à travers le vide sidéral. Lire ce panneau est d'ailleurs la seule chose à faire la - encore faut-il être un dieu et s'appeler Osamodas.


Foulant le vide sidéral de ses pieds divins mais néanmoins enflés par la longue marche qu'il vient d'effectuer, Osamodas admire ce vide sidéral qui l'entoure. Il est si différent des autres vides qu'il connait ! Un vide aussi pur, aussi illimité, ça ne se trouve pas tous les jours, ni dans son entourage, ni dans la tête du dieu Iop - ce trait d'humour enchante un Osamodas en pleine autosatisfaction. À ses yeux, le dieu Iop est le dieu le plus fougueux, impétueux, mais aussi le plus brutallissime de l'Univers.


Il est sur et avéré que le dieu Iop, qui jongle avec des cœurs encore palpitants au petit déjeuner, qui brise l'échine d'un dragon comme on le ferait d'une brindille, fait régulièrement grincer les dents pourtant tranchantes du dieu Osamodas (Iop a, c'est vrai, un sens de l'humour très personnel). Ils s'étaient quittés quelques fragments de poussières de millénaires auparavant sur ces mots :


"Osamodas, dis-moi... Est-il vrai que ta personne est nue sous ces oripeaux ?"


En réalité, Osamodas et ses disciples sont vêtus d'authentiques vêtements de dressage taillés dans le cuir de leurs ennemis... Et il n'y a là pas une once de matière drolatique, tout au moins au yeux du dieu. Il y avait de quoi écraser un long soupir.


C'était donc un vide sidéral de première qualité, tel qu'on en croise une fois dans son existence cosmique, qui s'étendit sous les yeux d'Osamodas. Le vide. Un panneau. Un astre qui gravitait autour du panneau dans un recoin de l'Univers qui lui était complètement inconnu. Pas étonnant ! Il lui a fallu marcher longtemps pour dissiper l'humour du dieu Iop. Comme à son habitude, il était pari seul, entouré de ses trois dragons. Mais cette fois-là, il sentait bien qu'une allégresse peu commune les accompagnait, lui et ses bêtes. Il vit là le présage d'événement qui allaient rester gravés dans les annales cosmiques. Il avait raison !


Helioboros, son dragon blanc, et Ouronigride son dragon noir, étaient tous deux d'humeur primesautières et pourfendaient l'espace à la poursuite l'un de l'autre, un spectacle somme toute assez terrifiant pour qui n'y est pas accoutumé. Spiritia, le dragon multicolore, restait penché sur son épaules, sifflant entre ses babines épaisses un air très connu chez les dragons multicolores. Si les environs n'avaient pas été aussi noirs et enténébrés, si peu propices à une partie de cache-cache entre dragons, le spectacle offert par Osamodas et ses créatures aurait presque paru guilleret.


Méditatif, Osamodas s'est penché sur le panneau et inspecte les lettres de feu d'un œil circonspect. Il attend que les bribes d'avenir se cristallisent dans le présent. La roche ronde tourne autour de lui.


Soudain, Ouronigride le noir fait claquer ses mâchoires, et une gerbe de foudre sombre se répand dans l'espace : le panache étincelant qui orne la queue d'Helioboros vient de lui échapper... Quelques filaments d'un blanc immaculé crépitent pourtant dans la gueule du dragon noir. Il glousse de rire. Son œil unique plissé par la malice, s'arrondit sous l'effet de surprise : Helioboros, furieux, tente de lui éperonner le flanc gauche ! Pour l'éviter, il fait une sorte de cabriole - il s'étonne d'ailleurs d'être capable d'un soubresaut aussi grotesque mais pourtant salvateur - puis virevolte dans un grondement. La foudre immaculée jaillie des naseaux d'Helioboros lui a chauffé les côtes : c'est dire s'il est passé près ! Alors que le dragon blanc s'apprête à le charger une nouvelle fois, Ouronigride se sauve vers la roche ronde. Le dragon noir se met à tourbillonner autour de la roche ronde qui est aux pieds de son maître, suivi de près par Helioboros.
Les deux dragons décrivent maintenant des cercles de plus en plus serrés, contractant leurs corps, l'espace, le temps. Le premier tente de semer le second. Ils filent à une vitesse vertigineuse. La roche est rouge et un sifflement assourdi s'en élève à mesure qu'elle s'échauffe. Ce n'est plus qu'un magma incandescent. La croûte en fusion est percée ; un sifflement perçant s'en élève...


À cet instant Osamodas donne une pichenette à Spiritia; le dragon multicolore comprend ; instantanément il fond sur la roche, se love autour d'elle pour la protéger. Une déflagration d'ombre et de lumière se propage dans l'Univers.


Osamodas lève un sourcil. Un nouveau monde est né. Il entend les autres dieux accourir pour voir ça... Finie la tranquillité... Il écrase un nouveau soupir.



[HRP] Tiré du livre d'Acidrik Fenlapanse. (Crédits : Dofus ; Ankama), transcris par le Club Gousset [/HRP]




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Chant du monde : Fragments retrouvés I [Acidrik Fenlapanse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tome I - Le Chant du Monde
» Histoire du Monde des Douze - Fragments Retrouvés [Acidrik Fenlapanse]
» Fragments retrouvés VIII : L'Aurore Pourpre
» Le syndrôme du grand méchant monde
» L'animal le plus dangereux au monde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan des Eldrigans :: Le village :: La Bibliothèque du Clan :: Les Récits des provinces d'Amakna-
Sauter vers: