Une partie des images présentes sur ce forum est l'oeuvre et la propriété d'Ankama ©
www.dofus.com/fr




Partagez | 
 

 La vérité ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: La vérité ?   Mer 7 Mar - 18:55

La vérité ?


La vérité c’est que je vous ai menti. Du moins je vous ai menti sur une part de mon passé. Plus exactement sur mes parents.

Ma mère n’est pas morte pendant notre voyage et mon père n’était pas un alcoolique. En fait jusqu’à mes 12 ans, ce fut les meilleurs moments de ma vie. J’avais aussi 3 frères et 2 sœurs. Tout était parfait. Mon père était un grand pêcheur et ma mère était fabuleuse. Nous vivions près de la mer et depuis mes 8 ans, mon père m’enseignait l’art de la pêche. Mes frères qui étaient tous plus âgés que moi, étaient déjà pêcheurs et partaient tous les jours avec mon père. Ils revenaient souvent assez tard mais je savais que jamais mon père ne mourrait en mer.

Hélas, j’avais raison. Ce jour-là, c’était la première fois où j’allais pêcher seul. Mon père m’avait mis au défi de ramener au moins 4 poissons. La journée fut longue et rude, mais je réussis quand même à attraper mon quatrième poisson à la fin de celle-ci et je me mis donc sur le chemin de la maison.

Ce que je vis en arrivant me glaça de terreur, de haine et de tristesse. Mon père, mes frères, mes sœurs et ma mère tous étaient pendus à un arbre qui se trouvaient devant notre maison. Tous leurs membres avaient été coupés, pour ne pas qu'ils s'échappent et par pur sadisme. Le spectacle qui avait lieu devant mes yeux était horrible. Comment quelqu’un avait-il pu faire ça ? Je ne le savais pas, du moins pas encore. J'étais abattu par la perte de mes êtres chers et je ne savais plus du tout quoi faire. Mes forces m'ayant quitté je m'assis sur le sol pour me reposer un moment, jusqu'à ce que ...

Mue par une impulsion je suis ensuite allé inspecter l’intérieur de la maison pour voir s’il manquait des choses et surtout car je ne pouvais pas continuer à supporter ce qu’il y avait dehors. La maison était sans dessus dessous. Bien que je fusse assez jeune je n’étais pas bête pour autant et je compris qu’il cherchait quelque chose. L’avait-il trouvé ? Je n’en savais rien. Alors que j’inspectais la maison je vis devant moi sur le sol, le journal de mon père. Je décidai de le garder en souvenir.

Quelques temps plus tard des villageois arrivèrent. Un de ces villageois était un ami de mon père et me recueillis chez lui. Mais j’étais décidé. Je vengerai ma famille.

Le lendemain à l’aube je partis sans un regard en arrière. Il fallait que je m’entraine et que je retrouve les personnes ayant fait ça à ma famille. Finalement les premières informations sur ce drame me vinrent du dernier endroit où je pensais les trouver.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"


Dernière édition par Highlender le Mar 26 Fév - 17:40, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Jeu 26 Avr - 9:06

Chapitre 2
L'entrainement.


Cela faisait quelques jours que je me promenais du côté de Brakmar. Je commençais à connaitre cette région hostile qui pouvait receler de grands dangers. Mais si je me trouvais là, ce n'était pas par hasard. Je m'entrainais sans relâche contre les monstres de cette région.

Je voulais acquérir une grande puissance pour pouvoir mener mes objectifs à bien. Et ces objectifs à l'époque ils étaient bien loin de ma portée. Je n'étais qu'un jeune homme se cherchant et ce que je devins par la suite peut être considéré comme un monstre. Oui, j'étais un monstre.

Je séparais mon entrainement en plusieurs partis, le matin à l’aube j’améliorais mon endurance en courant sur plusieurs lieu, ça me permettait aussi de découvrir le plus d’endroits possibles et de les étudier pour savoir de quel façon je m’y prendrais si je devais attaquer ou défendre tel ou tel endroit, ça permettait d’entretenir mon esprit tactique. Ensuite en début d’après-midi je m’entrainais au combat, bien que comme je suis un disciple de Cra j’ai des dispositions à l’arc et aux dagues, je m’entrainais avec toutes sortes d’armes pour savoir les maitriser. Et enfin le soir venait une partie totalement différente de mon entrainement. Le soir, j’entrainais ma discrétion pour pouvoir tuer en silence sans se faire repérer.

Malgré cet entrainement intensif je n’avais toujours aucune information sur les personnes qui avaient tué ma famille. J’avais effectué quelques recherches dans certains villages mais rien n’avait attiré ma suspicion. Il me fallut attendre quelques mois avant de trouver des informations sur ceux qui s’en étaient pris à ma famille. En effet un soir, j’ai commencé à lire le journal de mon père et ce que j’appris dedans me fut très utile pour retrouver mes ennemis. J’appris que mon père avait jadis fait partie d’une sorte de secte qui au début avait pour but de protéger les gens mais qui ensuite changerait du tout au tout en visant à se faire le plus de kama possible et prendre le pouvoir tout en commettant des crimes abjectes. Suite à ces changements mon père avait quitté cette secte et était parti fonder une famille. Il était marqué dans son carnet que la secte essayerait surement de le retrouver pour le faire payer sa trahison. Ils avaient donc fini par le retrouver. Le nom de cette secte était Obscura.

Maintenant que j'en connaissais un peu plus je pouvais commencer des recherches plus précises, et je décidai de me rendre à Brakmar parce que d’après moi une secte aussi maléfique ne pouvait se trouver qu’à Brakmar.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"


Dernière édition par Highlender le Jeu 27 Sep - 16:11, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Mar 8 Mai - 4:16


Chapitre 3
Brakmar.


Je me rapprochais de plus en plus de mon objectif qui était la cité pourpre. Je venais de sortir des Landes de Sidimote, j'étais donc très près de la cité Brakmarienne d'après ma carte.

Pendant la traversé de Sidimote, j'avais continué mon entrainement sur les monstres que l'on pouvait trouver dans les environs. J'avais aussi appris à chasser pour me nourrir ce qui me permettait en même temps de mettre à profit mon entrainement sur la discrétion pour pouvoir s'approcher de monstres sans les alerter. J'avais aussi décidé de noter tous les monstres que je pouvais rencontrer ainsi qu des observations sur eux pour les étudier. Je pensais que ça pouvait être utile de savoir quels genres de monstres régnaient dans une région.

Au début de mon périple, je m'étais arrêté dans une taverne endommagé par le passage du temps et des aventuriers à l'image du paysage aux alentours. Elle était composé de bois qui semblait avoir vieilli, cela donnait une teinte générale de gris, il y avait aussi beaucoup de poussière ce qui amplifiait la teinte terne qui renforçait l'effet délabré de l'endroit ainsi que les quelques chaises cassées.

Je pris la décision de rester me reposer la nuit dans l'auberge et de repartir le matin, les chambres étaient en aussi piteuses état que l'auberge. Cependant malgré l'état des lieux j'avais passé une bonne nuit et je repris mon chemin le lendemain.

Maintenant que j'étais tout près de Brakmar, je m’interrogeais sur comment j'allais trouver des renseignements sur la secte nommé Obscura, je pensais à me rendre dans la bibliothèque pour étudier les événements récents au cas où certaines informations auraient été présentes dans des livres, mais je pensais aussi aller dans les tavernes et écouter les ragots. Alors que je venais d'établir mes priorités, une ombre impressionnante se profila à l'horizon et cacha une partie du ciel.

La cité de Brakmar venait d'entrer dans mon champs de vision et avec elle, ses remparts. J'avais l'impression qu'en regardant cette immense cité l'atmosphère s’obscurcissait et qu'un destin funeste m'attendait.

Alors que je m'approchais des remparts l'agitation de la cité me parvenait aux oreils et de là où j'étais, c'était déjà impressionnant je pensais donc qu'à l'intérieur ce devait être phénoménale. Une fois à l'intérieur de la cité, j'avais l'impression que cette cité dégageait une sensation de perversité.

Une fois que le choc que l'entré de la cité avait provoqué chez moi, je me décidai à bouger et à commencer à appliquer mon plan. Je me dirigeais maintenant vers la taverne que j'avais décidé de visiter en premier, la taverne de Djaul. Arrivé, devant celle-ci je poussai la porte et entrai en ne sachant pas ce qui allait se passer ensuite.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"


Dernière édition par Highlender le Jeu 27 Sep - 21:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Mer 18 Juil - 16:42

Chapitre 4.
La Fuite.



Cela faisait maintenant deux ans que je vivais à Brakmar. Malgré ces deux années passées, je n'avais rien trouvé, aucun indice sur la secte, cependant mes méthodes de recherches étaient devenues très développées, je ne perdais donc pas espoir de trouver leurs traces.

Bien que mes recherches étaient restées veines, j'avais aussi continué mon entrainement. Celui-ci était composé en différentes parties, celle du combat se déroulait de la manière suivante, en premier je chassais des monstres en dehors de la ville, ce qui me permettait ensuite de noter les observations que j'avais pu faire pendant la chasse, ensuite j'aiguisais mes techniques contre des mannequins en bois et enfin je défiais des inconnus pour m'entrainer aux armes et améliorer mes compétences avec celle-ci, mais aussi pour entrainer mon esprit tactique. Je travaillais la partie qui concernait la discrétion pendant la nuit en effectuant plusieurs exercices tel que des effractions dans des maisons pendant que leurs propriétaires dormaient, mon but était de ne pas les réveiller. Je m'entrainais aussi en pénétrant dans les parties interdites de la milice, tout en m'assurant de ne pas me faire repérer par les miliciens qui montaient la garde. Ces exercices me permettaient de perfectionner mes techniques. Cependant avant que la nuit tombe je passais mon temps à effectuer des recherches sur Obscuria, la secte qui avait fait tuer mon père. Je posais des questions dans les bars et sur les places marchandes ainsi que tous les endroits susceptibles de contenir du monde. Je connaissais les horaires où les bars étaient remplis ainsi que ceux les plus fréquentés et j'avais aussi des contacts parmi les miliciens. Mais malgré tous ces efforts je n'avais rien appris sur mes ennemis en deux ans à part ce que j'avais lu dans le journal de mon père. Cela me faisait penser qu'ils devaient bien couvrir leurs arrières et donc qu'ils étaient puissants. J'avais épuisé beaucoup d'options, je pensais donc que j'allais surement devoir partir de Brakmar.

Jusqu'à ce qu'un soir je rencontre des personnes pour le moins exceptionnelles. Cela me surprit grandement, ça se passa à la taverne du Bwork. Un soir alors que j'étudiais qui était susceptibles d'avoir des informations dans cette taverne, un enutrof étrange vint à ma rencontre et commença à me parler :

-Hey petit ! Tu sais que les tavernes c'est pour les personnes adultes ? Nan parce qu'en plus je te vois tous les jours ici. Pourquoi t'es là ? Me dit-il.

Voyant que lui et son groupe n'étaient pas prêts de partir, je décidai de lui avouer pourquoi j'étais là, d'autant plus qu'il n'était pas très discret, mais il m'inspirait une sorte de confiance.

-Je recherche les membres d'une secte, elle s'appelle Obscuria, tu en as entendu parler ?

-Obscuria ... Obscuria ... Ca me dit quelque chose mais c'est très vague, en tout cas ce n'était pas ici, je crois que c'était plutôt vers Bonta, 'faut pas croire, ils cachent pas mal de choses ceux-la !

J'étais encore sous le choc et je remballais déjà mes affaires quand quelque chose qui n'était pas prévu arriva.

-Eh petit ... Je sais pas pourquoi tu la recherche cette secte mais tu sais quoi ? Mon groupe et moi on va t'accompagner ! Rien de mieux qu'une bonne quête pour faire fortune ! Laisse moi te présenter tout le monde, le disciple de Iop s'appele Sylveure Toast'Allone, il a une voix très grave donc ne sois pas étonné quand il te parle, la sacrieuse se nomme Edenia et moi, je suis Ruhay Vairre Laure !

-Moi c'est Highlender ... Nan mais ... Attends ... J'ai pas besoin de v...

Quand soudain la porte s'ouvrit avec fracas, plusieurs miliciens entrèrent et leur chef déclara :

-Nous recherchons Ruhay Vairre Laure et son groupe pour avoir arnaqué un milicien gradé ainsi qu'avoir provoqué des combats avec les miliciens à plusieurs reprises. Nous recherchons aussi un jeune cra nommé Highlender pour effractions et tapage nocturne. Si vous savez où ils se trouvent merci de nous l'indiquer !

Tous les regards s'étaient tournés vers nous et les miliciens commencés à approcher jusqu'à ce que Ruhay mette un coup de pelle à un des miliciens, là l'anarchie commença, tout le monde se battait, certains y prenaient même du plaisir comme Edenia ou Sylveure, moi, je me battais à main nue contre plusieurs brakmarien pour me faire un chemin jusqu'à ce que Ruhay m'appele :

-Viens par là petit ! Il y a une sortie !

Nous sortîmes donc tous les quatre par la porte de derrière et nous nous mîmes en direction de la porte de Brakmar la plus proche, nous avions décidé de partir au plus vite. Cependant des miliciens nous suivaient et il y en avait qui était vraiment près jusqu'à ce qu'il rencontre le poing de Sylveure.

Arrivé à la porte nous récupérâmes nos affaires pour nous préparer à partir.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"


Dernière édition par Highlender le Jeu 27 Sep - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Jeu 23 Aoû - 0:24

Chapitre 5.
La surprise.




Alors que j'étais en train de préparer mon paquetage pour fuir Brakmar avec mes nouveaux alliés, on pouvait entendre les miliciens se rapprocher dangereusement de notre position, ils n'étaient plus loin de notre position et je sentais qu'ils étaient très nombreux à nous rechercher.

-Vite ! Dépêchons-nous, ils ne sont plus loin.
Dis-je.

Tout le monde se mit à préparer plus vite leur paquetage, on pouvait sentir la tension autour de nous. Quand soudain Ruhay s'exclama :

-Ça y est, je me souviens ! Je savais bien que je connaissais quelqu'un qui en avait peut-être entendu parler de cette secte.

-Quoi c'est maintenant que tu le dis !
Lui répondis-je.

-Bah tu sais avec mon âge ...

-Bon, elle est où cette personne ?

Il m'expliqua que la personne était un haut gradé de Brakmar et qu'il notait tout dans son carnet donc, je n'aurais pas besoin de l’interroger. Il m'indiqua aussi où trouver ce haut gradé. Je me mis donc en direction de sa maison pendant que mes alliés se cachaient près de la porte. Je pris une cape sombre qui couvrait tout mon corps ainsi que mon visage de sorte que dans la nuit on ne puisse pas me percevoir. C'était un soir d'orage, en effet le vent sifflait avec force, la pluie tombait sur les dalles de la cité et s'évaporait dans la lave, tandis qu'au loin on pouvait voir et entendre les éclairs tonnaient et illuminaient par moment la cité sombre. Je me déplaçais silencieusement à travers Brakmar en évitant les zones les plus illuminés, préférant les endroits sombres pour avancer. Au long de mon périple, je croisai quelques groupes de miliciens cependant aucun d'eux ne me repéra. Je continuais donc d'avancer sans aucun problème jusqu'à ce que j'en ai un.

Alors que j'étais tout près de la maison de l'homme, je devais obligatoirement passer par une ruelle où se trouvait une taverne très éclairé et un groupe de miliciens n'étaient pas loin de là et si je passais par là je serais automatiquement repéré. Je me mis donc à réfléchir pour trouver un moyen de passer sans me faire voir. La solution m'apparut soudain comme une évidence. Je me mis donc à escalader la maison la plus proche et arrivé en haut je marchai donc en sur les toits des maisons jusqu'à ce que j'arrive au niveau de la chambre de ma cible. Grâce à mes années d'apprentissage je descendis au niveau de la fenêtre en effectuant parfaitement une acrobatie. J'ouvris la vitre pour entrer discrètement dans la pièce quand un éclair illumina celle-ci et me permit de voir comment était configuré la chambre. J'aperçus aussi un homme me barrant le chemin avec une épée à la main, la lutte fut court, en effet il donna le premier coup que je pus esquiver sans problème et je lui tranchai par la suite la gorge. Je le fouillai ensuite et lui pris son carnet ainsi que ses habits de milicien ce qui me permit de retourner près de la porte vers mes amis sans problème et de chuchoter :

-Psst, c'est moi !

-On t'avait pris pour un brakmarien de loin, qu'est-ce que tu fais dans ces habits ?
Me répondit Ruhay.

-Je te raconterai plus tard. Vite partons de cette ville.

Nous partîmes en direction de Bonta et je commençai la route en étudiant le journal de l'homme que je venais de tuer.





"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"


Dernière édition par Highlender le Jeu 27 Sep - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Jeu 23 Aoû - 13:47

Chapitre 6.
La lutte.


Nous venions juste de partir de Brakmar, l'orage s'était arrêté et le soleil commençait à se lever sur les landes de Sidimotes. Nous essayions de faire vite pour être le plus loin de Brakmar, cependant au détour d'un virage Ruhay nous dit :

-Attendez deux petites minutes !

-Qu'est-ce qu'il y a ?
Lui demandais-je.

Il ne me répondit pas et se mit à scruter l'horizon comme s'il y cherchait quelque chose. Nous attendîmes pendant plusieurs minutes et Ruhay semblait toujours concentrer sur ce qu'il se passait au loin jusqu'à ce que j’aperçoive quelque chose aussi.

-Attends, c'est pas ce que je crois Ruhay ?

-J'en ai bien peur, il va falloir faire vite parce qu'ils ont des montures, il sera donc impossible de les semer. Nous allons devoir trouver un plan pour nous défendre contre ces types.


Pendant quelques secondes chacun chercha un plan cependant personne ne semblait avoir de plan. Je pris donc la parole pour exposer mon idée.

-Je sais ce que nous allons faire, vous allez continuer d'avancer pendant que je vais les affronter, pendant ce temps vous chercherez un endroit où tendre une embuscade et si je n'arrive pas à les avoir je les ramènerai vers vous et on les affrontera ensemble.


Tous me regardèrent avec appréhension, ils n'osaient pas accepter mon plan jusqu'à ce que Ruhay prenne la parole :

Il a raison le petit, c'est le meilleur plan qu'on puisse faire, allez en route, il faut qu'on la prépare cette embuscade !

Ils partirent tous en direction du nord en me laissant préparer l'assaut, je pris deux armes avec moi, une hachette dans ma main gauche et une longue dague dans la droite. je me mis en position tout en attendant que les soldats se rapprochent, le soleil était maintenant levé et je les apercevais bien, ils étaient au nombre de cinq.

Ils mirent quelques minutes à se rapprocher suffisamment, ils avaient sorti leurs armes et fonçaient sur moi. J'empoignai bien mes deux armes me préparant au combat. Le premier allait trop vite pour être stable, je le fis passer par dessus mon dos, le mis à terre et je lui plantai la lame de ma dague dans le cœur. Mon deuxième adversaire avait ralenti et commençait déjà sa première attaque, je lui donnai donc un coup au niveau du ventre et finissais de le tuer grâce à un coup à la gorge, le troisième arrivait déjà, je lui donnai donc un coup au niveau des poignets pour le faire lâcher son épée pour ensuite l'achever d'un coup de hachette. Je me mis à courir en direction de l'avant dernier ennemi, je me mis à glisser bas sur le sol en lui donnant un coup de dague sur la jambe droite pour le déstabiliser et le faire tomber, pendant qu'il était en l'air je lui mis un coup de hachette dans le dos. Il ne restait plus qu'un ennemi et celui-ci venait de voir tous ses alliés se faire tuer sans difficulté, il était donc plus méfiant que les autres, je dus donc faire quelques feintes pour l'avoir, d'abord je fis quelques gestes qui lui firent penser que j'allais attaquer sur la droite ce que je ne fis pas, en effet je lui donnai un coup avec ma dague au genou gauche et je l'égorgeai d'un coup sec avec ma hachette. Comme le combat était fini, je récupérai les armes des soldats et repartis en direction de mes camarades.

-Le combat est fini, vite partons !
Dis-je.

-C'était quelque chose d'ailleurs ... répondit Ruhay.

Nous repartîmes en direction de Bonta, nous avions au passage récupéré une monture pour porter nos bagages ce qui nous allégea et nous permit d'aller plus vite.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"


Dernière édition par Highlender le Jeu 27 Sep - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Jeu 27 Sep - 10:56

Chapitre 7
Les kamas, c'est toujours utile.


C'était le soir, le ciel était constellé de points lumineux nommés étoiles, certaines plus grandes, d'autres plus lumineuses que les autres. Autours de nous, la tempête faisait rage, plusieurs arbres avait été déraciné aux alentours. Il avait plu dans la journée, le sol était donc boueux, cela ralentissait notre progression d'autant plus que nous avancions contre le vent. Nous dûmes nous arrêter plusieurs fois pour laisser nos montures se reposer. Pendant une de ces haltes, nous discutâmes de ce que nous devions faire, Ruhay prit la parole en premier.

-Nous devrions aller au village d'Amakna. Proposa-t-il.

-Je ne sais pas si c'est une bonne idée, pendant que j'espionnais les conversations dans les tavernes de Brâkmar, j'ai entendu dire qu'un groupe de vampyre malfaisant trainait sur le chemin menant à Amakna. Il paraît qu'ils enlèvent les aventuriers qui viennent sur leurs territoires. Lui répondis-je.

-J'en ai entendu parler aussi, mais nous n'avons pas vraiment le choix. Nous allons commencer à manquer de vivres et nous manquons aussi d'aliments pour nos montures. De plus, si nous les rencontrons je pense que nous devrions pouvoir nous en tirer. Renchérit Ruhay.

-Casser crâne ! S'écria Sylveure.

-D'accord, allons-y dans ce cas.

Nous prîmes donc la direction d'Amakna, le vent se fit moins violent pendant notre trajet, nous fûmes donc plus rapides. En chemin des voyageurs nous rejoignirent, je n'étais pas très content mais ils allaient juste au village et ne voulaient pas rester seuls sur les routes. Parmi eux se trouvaient une fillette d'environ cinq ans et son frère. Au petit matin mes craintes se révélèrent fondées.

Alors que nous nous étions arrêtés pour reposer nos montures qui en avaient vraiment besoin ainsi que nous-mêmes, nous fûmes attaqués par les vampyres. Ils étaient environ une quinzaine, avec mon groupe, nous faisions tout ce que nous pouvions pour les contenir et qu'ils ne s'approchent pas des voyageurs. Alors que j'étais occupé à achever deux vampyres, Ruhay m'appela :

-C'est bon, c'est fini. Il n'y en a plus, allons voir les voyageurs pour savoir s'ils vont bien.

Alors que nous nous dirigions vers eux, une femme se jeta à nos pieds.

-S'il vous plait, aidez-moi ! Répétait-elle.

Alors que je m'apprêtais à passer mon chemin, Ruhay s'arrêta et lui demanda ce qu'il se passait. La petite fille et son frère que j'avais remarqué tout à l'heure étaient ses enfants et les vampyres les avaient pris. Malgré le fait que je n'avais pas tellement envie de perdre du temps à aller sauver les deux enfants, j'avais une revanche à prendre sur les vampyres, en plus ils m'avaient volé mes armes, tandis que les autres préparaient nos affaires pour quitter le campement je partis à la recherche des enfants seul avec pour arme le kama que j'avais pris à Ruhay, sans lui dire bien évidemment. Mon entrainement de chasseur me servit beaucoup, en effet je découvris grâce à celui-ci qu'ils n'étaient plus que trois et dans quelle direction ils allaient. Alors que j'arrivais près d'eux, je pus voir le premier vampyre, il montait la garde près d'une cabane en bois. On pouvait entendre des voix s'élever de la cabane, ainsi que des pleurs d'enfants. Je m'approchai donc discrètement de celui qui montait la garde. Je pris une planche qui trainait sur le sol, je lui envoyai le kama sur la tête ce qui le surprit et je lui mis un coup sur la tête avec la planche ce qui l'assoma, j'en profitai donc pour l'attacher avec une corde que je sortis de mon sac. J'ouvris ensuite la porte à la volée, je sautai sur le premier vampyre que je vis, j'évitai le coup de dague qu'il porta, je me mis derrière lui et je lui cassai la nuque. Le corps de mon adversaire n'avait pas encore touché le sol que je m'élançais déjà sur le second. Celui-ci avait une épée, il essaya de me transpercer avec mais je pus éviter le coup, je lui donnai ensuite un coup de coude au niveau du bras, ce qui le fit lâcher son arme. Alors que cette dernière tombait, je la rattrapai par la garde avec ma main droite et d'un coup fluide, je tranchai la tête de mon ennemi avec. Je pris ensuite mes armes qui étaient resté dans le sac. Je détachai les deux enfants et nous repartîmes en direction du campement où les autres nous attendaient. Pendant tout le voyage je dus supporter leurs pleurs. Je n'avais pas retrouvé le kama de Ruhay et quand je revins dans le camp, ce dernier me demanda :

-Dis, t'as pas vu mon kama porte-bonheur ?

Depuis ce jour Ruhay qui ne pouvait pas s'empêcher de jongler avec ses kamas est devenu un très mauvais jongleur alors qu'avant il réussissait très bien à jongler avec son porte-bonheur, maintenant quand il essaye de jongler avec des kamas, il les perd.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Mar 23 Oct - 19:04


Chapitre 8
Bonne nouvelle.



C'était l'aurore, on pouvait apercevoir le soleil qui se levait au loin, il était d'une teinte orange et n'éclairait que peu le paysage, cependant on y voyait assez pour avancer sans problème entre les bâtiments de Bonta. Oui, nous étions arrivés la veille au soir, nous étions directement allés louer des chambres à la taverne la plus proche de la porte du Sud, c'était la taverne du Pinchaut et nous y avions dormi. Le lendemain, en suivant les instructions de Ruhay, j'étais allé chercher un disciple de Sram dans la taverne de la Chopenbois, quelle meilleur endroit pour un disciple de Sram pour voler les clients ? Il s'appelait Trey Discrays.

Je n'eus pas de mal à le trouver puisque j'avais sa description physique, ce qui revient à dire que j'avais la description de ce qu'il portait ... Nous eûmes donc une longue conversation dans le coin d'une ruelle, on aurait pu confondre le bruit que faisaient ses os avec le craquement du bois. Il finit par me dire tout ce qu'il savait sur la secte que je voulais détruire, brûler, décimer et il en savait un paquet. C'est-à-dire, emplacement de leurs planques, leur quartier général, leurs effectifs et surtout leurs chefs.

Il se trouvait aussi qu'un de leurs dirigeant se trouvait en Bonta au même moment, il me donna sa position. Je le laissai souffrir dans son coin et je me mis en direction de ma nouvelle cible.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Ven 30 Nov - 23:33

Chapitre 9
Le champignon de l'amulette à Eugène.





Cela faisait maintenant trois ans que je chassais mes ennemis, c'est-à-dire les chefs de la secte qui avait fait tuer mes parents, j'avais appris pendant mes nombreux interrogatoires non-conventionnels que celui qui avait tué mes parents étaient aussi le chef suprême de cette organisation et je le gardais donc en dernier pour lui faire sentir la peur de voir ses proches disparaitre, petit à petit. J'étais à ce moment-là à la recherche d'un chef quelque peu vicieux, il m'avait échappé plusieurs fois, une fois pendant un banquer à Amakna où il avait déclaré un feu, une autre fois à Bonta alors que je le suivais dans la rue et une dernière fois en me repoussant au combat, il était très habile une épée à la main ainsi que précis, j'avais bien failli mourir ce jour-là et même si je ne l'étais point, j'avais subi d'assez grave blessure, je pris donc le temps de me soigner et de me préparer à notre dernière rencontre.

A la fin de ma convalescence les informations que j'avais reçu me disaient qu'il se cachait dans une grotte dans les plaines de Cania et ces informations étaient précises au point de me dire quelle grotte. Je me mis donc en route, mon voyage ne dura pas longtemps puisque je me reposais dans Bonta. Une fois arrivée sur les lieux je déposai mon sac dans un coin et n'en sortis qu'un tomahawk et une longue dague. Je pénétrais donc dans la grotte discrètement, je pus apercevoir qu'un feu avait été allumé sur les lieux, cependant mon adversaire semblait être parti. Après que j'ai relâché mon attention mais avant que je n'ai pu dire un juron mon ennemi que je pensais parti me sauta dessus par derrière en essayant de me poignarder, cependant le plafond de la grotte me sauva la vie, il ne m'évita pas cependant une grande ouverture dans la chair, la blessure était grave et j'allais devoir en finir très vite avec mon adversaire. Je me suis donc jeté sur lui en espérant pouvoir l'achever d'un coup mais dans la chute nous lâchâmes tous les deux nos armes. Alors qu'il cherchait la sienne, je profitai de cette occasion pour prendre le dessus, il fut pris de panique et attrapa ce qu'il trouva sur le sol, c'est-à-dire de la terre, des cailloux et des champignons. Il me donna des coups de poing avec ce qu'il avait dans les mains et ça entra en contact avec ma blessure, ce qui me fit souffrir atrocement, j'ai pu cependant prendre l'avantage grâce à une droite bien placé et j'ai commencé à l'étrangler. Il mourut dans cette grotte pendant cette lutte silencieuse.

Étant gravement blessé, je pris des bandages dans mon sac, je me les mis sur le corps et pris la route de Bonta, je devais me reposer. Les premiers symptômes ne se déclarèrent que demain.

Vous ne saurez jamais ce que c'est de se lever le matin blessé et au moment de manger votre tartine de miel quotidienne, entendre celle-ci vous suppliait de ne pas la manger, ce fut un épisode très perturbant de ma vie, maintenant je ne peux plus toucher à une seule tartine de miel. Me pensant fous, je suis allé voir un médecin qui me dit :

-Hm, d'après mes études et les événements que vous m'avez raconté, des champignons hallucinogènes se sont glissés dans votre corps pendant la lutte et ils ont commencé à se répliquer aussi bizarre que cela puisse paraitre. Me dit le docteur.

-Mais qu'est-ce que le champignon de l'amulette à Eugène a à voir là-dedans ?! M'emportai-je.

Alors que je fixais le médecin en face de moi, je sus qu'il était face à un dilemme, mais je ne connaissais pas la nature de celui-ci, puis je vis qu'il avait pris une décision et il me dit :

-Laissez tomber, c'est une très belle capacité que de pouvoir parler aux objets. Me dit-il avec un sourire paternel.

Voilà comment j'ai obtenu le pouvoir de parler à toutes les choses auxquelles on n'est pas supposé pouvoir parler mais ma détermination n'avait pas flanché.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Highlender
Colonne Eldrigan
Colonne Eldrigan
avatar

Masculin Le centoror
Nombre de messages : 1172
Age : 23
Classe : Cra
Métiers : Maitre mercenaire, historien du clan et explorateur du Monde des Douze.
Guilde : Le Clan des Eldrigans
Cercle :
174 / 200174 / 200

Date d'inscription : 12/08/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
174/200  (174/200)

MessageSujet: Re: La vérité ?   Sam 15 Déc - 23:35

Chapitre 10.
L'Aube d'une nouvelle ère.


Cela faisait plusieurs mois maintenant que je pouvais parler aux objets et malgré que cela n'était pas toujours pratique, je trouvais cela plus ou moins agréable. Bien sur Ruhay et les autres me prenaient pour un fou mais à vrai dire je n'y faisais pas attention. Cela m'avait en quelque sorte apaisé même si je cherchais toujours à détruire mes ennemis. Il n'était plus nombreux, à vrai dire, il n'en restait plus que deux. Cependant ils se trouvaient tous les deux à des endroits très éloignés l'un de l'autre et ça prendrait donc du temps de les éliminer. Pour se faire, je pris le décision d'envoyer Ruhay et les autres en tuer un pendant que je m'occuperai de l'autre qui se trouvait à Sufokia.

C'est donc seul que j'avais pris la route, je contournai Astrub pour ne pas m'arrêter, ensuite je pris le passage entre le chateau et la montagne des craqueleurs et à partir de là je partis en direction des plaines des scarafeuilles, une fois arrivée, je pus entrer dans la ville de Sufokia, comme à mon arrivé il était tard et j'étais fatigué, pendant tout le trajet j'avais parlé avec mes armes, je pris donc une chambre et je suis ensuite allé me coucher. Je ne mis pas longtemps à m'endormir après un tel périple.

Alors que j'étais plongé dans un sommeil profond quelque chose me sauva la vie. En effet une de mes armes me cria dessus alors que je m’apprêtais à me mettre en colère et lui passer un savon, un reflet attira mon attention et je ne dois d'être encore vivant qu'à un prodigieux réflexe de ma part, un homme avait voulu m'assassiner en me plantant son couteau dans le dos, pendant que j'évitais le coup, je pris mon tomahawk au passage et je lui ai enfoncé dans la gorge avec une telle force que celle-ci fut tranchée net.

Après ce court combat, je pris le temps de me calmer pour avoir l'esprit clair. Je me mis ensuite à fouiller le mort pour savoir qui l'envoyait et pourquoi, même si j'avais une petite idée. Pendant ma recherche, je trouvai un parchemin, je le lus et cela confirma mes doutes, l'homme avait été envoyé par ma cible, elle savait que j'étais là pour la tuer, je ne pouvais donc plus compter sur l'effet de surprise, pire encore elle avait surement envoyé plusieurs tueurs et préparé des pièges, cela ne serait pas de tout repos pour moi.

Je décidai donc d'agir le plus rapidement possible, c'est-à-dire le même soir où je n'avais pas été loin de mourir. Je ne pris qu'une longue dague et mon tomahawk qui étaient mes armes de prédilection, ainsi que mon arc pour éliminer d'éventuels gardes à distance. Je me rendis donc à la cachette de ma cible tout en me déplaçant discrètement. Ce que je vis sur place me glaça.

L'endroit était dans une rue bien éclairé; c'était un manoir avec une cours, il était entouré d'un espace entièrement dégagé, ce qui était parfait pour les sentinelles qui me verraient obligatoirement arriver. Pire encore, le lieu était lourdement gardé, il était impossible d'y pénétrer en forçant le passage. Je repartis donc vers ma chambre.


________________________________________________________________________________


Cela faisait quelques semaines que j'observais la cachette de ma cible. J'en étais arrivé à quelques conclusions, comme à mes premières conclusions, je savais que je ne pourrais pas pénétrer en forçant le passage, les sentinelles avaient une vue dégagée avec aucun obstacle, de plus, les trous dans les relèves de gardes étaient trop minces pour que j'en profite, les gardes de nuit ne se laissaient pas non plus aller à dormir. J'en avais donc conclu que pour entrer, il allait falloir que je me montre rusé. Heureusement, j'avais déjà une idée en tête, pendant mon observation, j'avais pu remarquer qu'un charriot rempli de vivres venait approvisionner toutes les semaines les hommes posté dans le manoir et j'y voyais là mon moyen d'entrer, car le charriot n'était jamais fouillé et je savais qu'ensuite il était déposé dans un coin et il n'était déchargé que quelques heures plus tard. Mieux encore, il était laissé près d'une porte du manoir.

Mon plan était prêt et je n'avais plus qu'à attendre que le charriot revienne et justement c'était ce jour-là que le charriot passé, je me mis donc en position et au coin d'une ruelle alors que le charriot traversait la rue devant moi, je me glissai discrètement dedans. Je n'avais plus qu'à attendre que le charriot soit arrivé à destination et comme je l'avais prédit, rien ne vint troubler mon voyage, j'avais même été chanceux, le charriot arriva en pleine nuit et il ne fut pas déchargé les gardes avaient décidé de le décharger demain, je sortis donc de celui-ci et je pus entrer discrètement dans le manoir sans problème.

Une fois à l'intérieur, je savais où était ma cible et à quoi elle ressemblait car j'avais pu obtenir une carte des lieux et un portrait, je me suis donc faufilé jusqu'au bureau de mon ennemi et je suis entré dedans. Il faisait sombre cependant je pouvais discerner une silhouette en face de moi. Je suis instinctivement qu'elle m'avait aussi cependant elle n'appela pas les gardes. Elle alluma lentement une torche et je vis que cette personne n'était pas ma cible , elle me dit :

- Ah ah, tu es tombé dans notre piège, c'est trop tard tu ne la retrouveras jamais, elle va bientôt prendre un bateau pour une destination inconnue.

Oui, ma cible était une femme, belle, mais mon ennemi et je ne me laissai pas abuser par sa beauté qui transparaissait au travers du portrait.

J'étais sur le point de m'énerver mais je n'en eus pas le temps, puisque l'homme en face de moi donna l'alerte aux gardes, alors qu'il essayait de s'enfuir par la porte je lui mis un coup sur le crâne ce qui l'assomma.

J'entendais les gardes monter les escaliers et venir dans ma direction, ils étaient nombreux, j'espérais pouvoir m'enfuir, la pièce dans laquelle je me trouvais ne possédait pas de fenêtre, je ne pouvais donc pas sortir par là, j'attendis donc les gardes tout en me préparant au combat, je me mis dans le fond de la pièce, j'éteignis la lumière et encochai une flèche sur mon arc.

Dès que le premier garde dépassa le seuil de la porte il reçut une flèche au milieu du front, son corps sans vie n'avait pas encore touché le sol que les gardes, qui le suivaient, étaient déjà dans la pièce à me chercher, je pus éliminer facilement les deux premiers grâce à un coup de dague au niveau du coup, le troisième avait commencé une attaque avec son épée, je la parai avec ma dague et lui assenai un coup de mon tomahawk, que je portais à la main gauche, dans le flanc droit, je pris ensuite son corps et je le jetai sur le quatrième garde que j'achevai en enfonçant ma dague sur le coté droit de son coup. Alors que je me relevai, je vis un enutrof au visage particulièrement disgracieux assommer le dernier garde avec un coup de pelle, cet enutrof, c'était Ruhay. C'est avec incrédulité que je lui ai demandé ce qu'il faisait là. En fait ils n'en avaient pas eu pour longtemps à tuer leurs cibles et avaient décidé de me rejoindre, en arrivant en ville ils avaient vu l'agitation du manoir et avaient su que j'étais là, ils étaient donc entrés en assommant les gardes se mettant en travers de leur route. A la fin de son récits, je lui demandai :

-Où sont les autres ?

-En train de garder un passage pour qu'on puisse sortir d'ici, allez viens.

Nous rejoignîmes les autres en évitant le plus de gardes et en assommant les autres, une fois que nous les avions rejoint je leur expliquai rapidement ce que j'avais appris, nous nous mîmes donc en direction de la côte. Une fois arrivé, nous vîmes un bateau sur le point de partir, nous nous en approchâmes et c'est là que je la vis, elle était là en train d'étrangler un homme.

La rage prit le contrôle de mon corps, je ne pensais plus, enfin si je pensais, mais seulement à une chose: la tuer, peu importe comment mais je devais la tuer. Je me jetai donc sur elle en essayant de la maitriser, je crus voir l'homme qu'elle était en train d'étrangler s'éloigner mais il ne m'intéressait pas. Elle me repoussa , je revins à la charge en lui assenant un coup de poing dans le ventre, au niveau de l'estomac, ce qui la fit suffoquer, je profitai de ce moment de faiblesse pour commencer à l'étrangler avec mon bras, cependant elle me repoussa avec un coup de coude dans le plexus. Elle sortit son épée et m'attaqua avec, j'évitai son premier coup en me jetant sur le coté et je parai le deuxième grâce à mes armes que je venais de sortir de leurs fourreaux. Je glissai vers le bas en voulant lui assener un coup de dague à la jambe gauche, mais elle anticipa mon coup et envoya son épée au ras du sol, je pus éviter le coup en sautant instinctivement par dessus l'épée. Suite à cela nous nous fixâmes et ma rage me poussa à le maudire :

-Je ne te laisserai pas t'échapper, ta secte a tué ma famille et en retour je vais te tuer toi.

-Idiot, je ne fais pas partie de cette secte, au contraire je cherche moi aussi à me venger d'eux, je t'observe depuis quelques temps, enfin, depuis que tu as commencé à les exterminer, j'en ai tué quelques uns moi aussi mais plus discrètement. De plus, je dois avoir plus ou moins le même âge que toi, comment aurais-je pu prendre part aux meurtres de ta famille ?

Je me rendis compte qu'elle avait raison, c'était impossible, j'étais donc complétement perdu :

- Mais ... Mais si tu n'es pas leur dirigeante qui est-ce ?

-L'homme que tu m'as empêché de tuer, nous devons le retrouver.

Je ne pensais déjà plus qu'à retrouver l'homme pour le tuer, je le cherchais partout du regard mais ne le voyais pas jusqu'à ce que j'entende plus loin un rire et je le vis sur le bateau qui s'éloignait, il s'exclama :

-Ah ah, merci pour ce jolie combat, adieu mes chères !

Ma nouvelle alliée marmonna :

-Nous le retrouverons.

Quant à moi, malgré le fait que ma vengeance n'ait pas été accompli, j'avais bizarrement trouvé la paix intérieur, je me sentais libéré, je m'approchai de cette femme mystérieuse et je lui demandai :

-Comment t'appelles-tu ?

-Aleksa.

-Moi, c'est High'.




"Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années,
L’ennui fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité."


"High' âme çaixie hunde High' neau hite !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vérité ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vérité ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']
» [Règle] Rebond et dextérité
» Parole du prophète de la Vérité
» manque de dextérité et modelisme
» Maya ou Vérité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan des Eldrigans :: Le village :: La Bibliothèque du Clan :: Les Ecrits des Mercenaires et Voyageurs-
Sauter vers: