Une partie des images présentes sur ce forum est l'oeuvre et la propriété d'Ankama ©
www.dofus.com/fr




Partagez | 
 

 La mémoire n'est qu'éphémère, le futur engendre la mémoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame Okuu
Aventurier
Aventurier
avatar

Nombre de messages : 1
Cercle :
0 / 2000 / 200

Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: La mémoire n'est qu'éphémère, le futur engendre la mémoire.    Mar 5 Avr - 7:44



    » Chapitre 0 : Alors... Une vie sans souvenirs est-elle le résultat d'un oubli de soi-même ? :.


    Il est inutile de préciser qu'une vie est faite de souvenirs. Ceux qui sont déjà gravés dans les mémoires, celles qui sont vécues à l'instant même et celles qui viendront à l'avenir. Il y a les souvenirs qui demeurent comme s'ils étaient encore là, que nous l'avions vécu hier, alors que les années ont passés depuis. Les souvenirs... l'un des indispensable à l'homme, qui lui permettra alors d'espérer, et de vivre avec le courage. Lorsqu'un homme se sentira seul, il se souviendra. Lorsqu'une personne deviendra vieille, elle se réconfortera, en se souvenant. Mais vient alors la question de... si une personne, ne peut simplement pas se souvenir ?

    Okuu est une personne qui n'aura jamais plus la possibilité de se souvenir. Ce n'est peut-être pas si mal après-tout. Son histoire n'est pas gaie, joyeuse, emplie de bonnes choses. Si vous comptiez lire un compte de fée, libre à vous d'enrouler à nouveau ce parchemin et de le poser dans sa bibliothèque pour passer à une autre lecture. Mais lorsque vous aurez commencé la lecture, lisez jusqu'au bout... Ce n'est pas une histoire bien commune.


    Okuu... Jeune disciple de crâ, vivant actuellement à Bonta. Avant ça, il n'y a plus grand chose à dire... C'est une enfant comme les autres, avec des parents comme les autres, et une enfance, comme les autres. L'histoire commencera lors de ses 17 ans. Elle était actuellement en formation chez les miliciens, donnée à un grand avenir chez les Bontariens, du moins c'était ce qu'on lui disait. Elle n'était pas seule dans son cas, et la seule personne qui partageait son avenir était son amie d'enfance. Aussi puéril que cela puisse paraître, elles avaient décidées de se suivre mutuellement, peut-importe ce qui leur attendrait. Elles se correspondaient, trop, même. Deux amies, deux sœurs, qui agissaient comme deux parties d'une seule et même personne. Une amitié inébranlable, si ce n'était de l'amour. La milice Bontarienne quand à eux se moquaient de savoir si leurs disciples allaient s'aimer ou pas, ils ne voulaient que des résultats aux travaux. Ce qui ne manquait pas, puis qu'étant ensembles, elles travaillaient dur. Trop dur, même... Jusqu'au jour ou la première offensive sur Brakmâr de son amie fût annoncée. Okuu n'avait pas été choisie pour combattre ce jour là.. Et elle aurait peut-être du y aller. L'encourageant à son maximum, persuadée qu'elle en reviendra en vie, Okuu, du haut des hauts murs de Bonta, criait « à demain ! ». Un demain bien vide de rires et bien empli de larmes...
    L'armée Bontarienne ne revint pas le jour d'après. Au départ, quelques rumeurs disaient qu'ils seront en retard, le combat fût rude et les soldats sont fatigués. Puis, chaque jour qui passait, tout devenait plus sombre... L'annonce des morts, les disparu, et enfin, les otages de guerre... Son amie n'était inscrite nul part. Encore en vie ? Non, les derniers survivants n'ont pas donné d'indications sur de possibles signes de vie de son amie. Alors, ou est-elle ?

    Désobéissant à l'ordre de son éducateur Bontarien, et par conséquent, désertant Bonta, Okuu se mit à la recherche de son amie, prenant la route la plus courte vers les landes de Sidimote, lieu de rencontre entre les Bontariens et Brakmariens. Les jours furent longs, seule, à marcher dans une terre de feu abandonnée aux monstres difformes et variés, avec seulement quelques ruines et rochers comme décoration. Les vivres vinrent cependant à manquer, la situation était critique. L'état de santé d'Okuu se dégradait petit à petit que les jours filaient aussi rapidement que lentement, plus rien n'était normal pour elle depuis la perte de son amie. Ce n'était pas du désespoir, elle avait encore les souvenirs. Oui, des souvenirs qui lui permettaient d'espérer. Elle se souvenait de la ténacité de son amie, il était impossible qu'elle meure au combat.

    Les semaines passées, la recherche fît enfin mouche. Okuu avait trouvée quelque chose de bien intéressant, qu'elle n'avait lue qu'en livre, son existence même était remise en question. Une tour haute, faite d'une pierre noire, et une statue à sa porte, une tour réputée pour ses sacrifices et ses expériences Brakmariennes, la fameuse Tour de Rushu.

    » Chapitre I : Que veut-dire, s'oublier soi-même ? Il faut le vivre pour le comprendre. :.


    [En cours...]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La mémoire n'est qu'éphémère, le futur engendre la mémoire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aide pour mémoire: la propagande et la désinformation
» Ride en la mémoire d' un ami dcd
» Tournoi de Mémoire 44 à Ravenel (Oise)
» [Blog] A la mémoire d'un membre...
» Mémoire sur les Mines - Ouvrage -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan des Eldrigans :: Le village :: La Bibliothèque du Clan :: Les Ecrits des Mercenaires et Voyageurs-
Sauter vers: