Une partie des images présentes sur ce forum est l'oeuvre et la propriété d'Ankama ©
www.dofus.com/fr




Partagez | 
 

 Un voyage sans fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shathra
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin Le Chacha
Nombre de messages : 21
Age : 23
Classe : Sacrieuse
Métiers : Min'heure (100), bijoutier (65), joillomage (15)
Cercle :
108 / 200108 / 200

Contrats de prédilection : Je sais pas j'en est jamais fait =D
Date d'inscription : 11/02/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
0/0  (0/0)

MessageSujet: Un voyage sans fin    Dim 6 Mar - 23:36

[Timedit' :J'ai procédé à la fusion des deux sujets, l'un relatant la suite des événements énoncés dans l'autre. Je te conseille par la suite de tout poster dans le même sujet. D'une part, cela évite d'encombrer les Ecrits, et d'autre part, cela permet à tes (fidèles) lecteurs de mieux suivre le déroulement de l'intrigue !
A ta plume (ou ton clavier Wink ) ]





J'avais reussi à être admise au sein du clan, mon voeu avait été exaucé. Malgré tout, mon désir de découverte n'était pas satisfait. C'est ainsi que j'eu l'idée de partir en voyage, de partir à l'aventure. Je voulais tout voir, tout découvrir, tout explorer. Je fîs donc mes bagages et partis pour l'île de Pandala. Arrivée devant l'île, un curieux Pandawa me dit de payer une taxe, pour être accéptée par les habitants de l'île ! Je dus donc lui donner l'intégralité de mes kamas. N'ayant pas d'endroit ou aller, je lui demandais le chemin qui menait au village le plus proche et le plus hospitalié. Il me dit de me diriger vers le nord, vers le centre de l'île, je trouverais un village neutre ou il ferait bon vivre. Je me dirigeais donc vers ce fameux village à la recherche d'un foyer qui me servirait de repair durant mon séjour à Pandala.

Arrivée au village, je découvrais un peuple singulier, les maison avaient une architecture bien particulière et les habitants étaient acceuillant. Je demandais le chemin de l'auberge à une petite fille qui me dit qu'elle se trouvait dans le centre du village. Je suivit ses indications et arrivais à ma destination. L'auberge était trés différente de celle d'astrub. Deux statues encadraient la porte d'entrée, elles portaient un tonneaux chacune, je compris que les pandawa devaient bien aimer l'alcool ! Je m'avancais vers la porte d'entrée.

Il régnait à l'interieur une forte odeur que je ne pourrais pas décrirs, c'était quelque chose que je n'avais jamais sentit auparavant. De nombreux individus peuplaient la taverne, des pandawas surtout mais aussi des xelors, des srams, des iops, toute sorte de personnes. Je vis l'aubergiste, accoudé à son comptoir et servant un curieux liquide blancheatre à un beau pandawa viril et musclé. Je m'approchais pour aller lui parler.

-Bonsoir, je voudrais une chambre pour la nuit s'il vous plait.
-Une chambre ? Pour combien de personnes ?
-Je suis seule.
-Vous n'êtes pas d'ici je me trompe ?
-Non en effet, je suis de voyage dans la région.
-Quand êtes vous arrivée sur l'île ?
-Ce matin même.
-Bien, vous voulez boire quelque chose ?
-Non merci je ne désirs qu'une cham...
-Et une chope de lait de bambouto une !!

L'aubergiste me posa une chope pleine de ce liquide blancheatre. Je la pris entre les mains et renifla son contenu. C'était donc ça l'odeur qui m'avait prit à la gorge à mon entrée dans la taverne ! J'avoue que cette mixture ne m'inspirait pas confiance mais je la but d'un trait. Ma tête commença à tourner et je m'évanouie sur le comptoir.

A mon reveil, j'étais allongée dans un lit douillet, j'étais totalement nue et un pandawa était assis sur un tabouret au pied de mon lit. J'eu le reflexe de mettre la main à la ceinture pour attraper ma dague mais elle était à l'autre bout de la pièce accrochée au mur. Le pandawa sourit et me dit :

N'ait pas peur ! Je ne veut pas te faire de mal ! Tu t'es évanouie hier soir aprés avoir bu la boisson de la déesse ! L'aubergiste ne devrait pas en donner aux étrangers, vous n'avez pas l'habitude. Je t'ai transporté dans cette chambre et je t'ai mise au lit pour que tu te repose.
-Merci mais je n'ai pas besoin d'aide ! Je sais trés bien me débrouiller toute seule !
-Je pensais bien faire. Ne m'en voulez pas ! Nous les pandawas sommes prêt à donner l'hospitalité à n'importe qui.
-Et pourquoi suis je completement nue ?


Le pandawa parut mal à l'aise et bredouilla
-Je trouve ça plus agréable de dormir nu, je pensais que vous aussi.
-Sortez d'ici s'il vous plait.
-Mais...
-Sortez d'ici que je puisse m'habiller ! Je vous rejoins dans le couloir !
-Mais...
-Allez !!


Le pandawa sortit, l'air déçu et dépité. J'enfilais mes affaires à la hate, accrochais mes dagues à la ceinture et sortit de la pièce. Le pandawa m'attendait devant la porte avec l'aubergiste. Ce dernier me salua et me dit :
-Ah ah ! Mon breuvage ne vous a pas fait du bien à ce que je vois ! Heureusement que Agara était là ! Je vous aurait laissé sur le comptoir ! Quoi qu'il en soit, vous devez quand même me payer la chambre ! Ca fera 300kamas s'il vous plait.
-Euu c'est à dire que je n'ai pas d'argent ...
-Je m'en doutais ! Je m'en doutais ! Toujours les même ces aventuriers ! Ils demandent mais ne rendent jamais.


Agara glissa une bourse dans la main de l'aubergiste et dit :
-Tiens ! Voilà ton argent père, n'embète pas cette belle jeune fille ! C'est un voyageuse !
-Non Agara ! Tu n'a pas à payer à sa place ! C'est à elle de régler ce qu'elle doit !
-Je fait ce que je veut de mon argent non d'une chope ! Si je veut lui offrir sa nuit, j'en ai le droit !


L'aubergiste regarda son fils, fronca les sourcils et dit :
-Ta bontée te perdra ! Fait ce que tu veut mais tu le regreterra ! Les femmes sont des ingrates !

Il tourna les talons et descendit au rez de chaussée servir ses clients.

-Heureusement que je suis là non ? Comment aurais tu fait sinon pour payer mon père ?
-Je te l'ai dit, je peut trés bien me débrouiller seule !


Je dévalais les escaliers et couru vers la sortit de l'auberge. Ensuite, je m'élancais vers l'Est dans la foret. Peut être que je trouverais une refuge naturel, à l'abri des regards ou je pourrais me reposer en dehors de mes escapades ! Je courus quelques minutes en éspérant avoir semé cet enquiquineur quand tout à coup, j'apercus des silhouettes sortir d'entre les bamboutos.
Des roublards ! Le haut du visage masqué, des lames accrochées à la ceinture, l'air menaçant, un sourir mauvais aux levres. L'un d'eux, plus armé que les autres et l'air plus féroce s'approchait de moi d'un pas décidé et dit :

-Tu a deux solutions, soit tu dépose tes armes et tes richesses au sol et tu t'en vas sans emcombres, soit nous devrons employer la force.
-Vas pour un bain de sang !!


Je dégainait mes dagues, et m'entaillais l'avant bras afin de faire appel à la force de ma déesse. Un des roublards s'élanca vers moi en sortant un poignard. Je lançais ma dague en direction de sa poitrine. Elle atteint sa cible et le bandit s'effondra dans un dernier râle avant de rejoindre le dieu Sram.
Ses compagnons dégainèrent leur épée, le bruit du métal sur le fourreau me fit frissonner de plaisir, l'appel du combat me rendait folle, cela faisait longtemps que je n'avait pas ressenti cette sensation. Je m'avançais vers la dépouille de mon adversaire et retirais ma dague de son corps inerte. Je la portait à la bouche afin de gouter son sang.
Les autres roublards firent une grimace de dégout et s'élancèrent sur moi. Un bruit de coup mélé aux cris de douleur des roublards emplit vite la forêt, mes ennemis tombaient un à un sur le sol boueux et le sang coulait à flots. J'entrais dans une sorte de transe, j'entendais les félicitations de ma déesse à l'interieur de ma tête. C'est pour cela que je ne vit pas arriver le coup traître de mon dernier adversaire.

J'étais à terre, la tête douloureuse, j'étais désorientée, le chef des roublards m'avait presque assomé à l'aide d'un gourdin. Il s'approchait d'un pas lent, une expression de satisfaction sur le visage.

-Tu est forte, jeune sacrieuse, mais tu va mourir.

Il leva son épée, il était prêt à me transpercer quand soudain, une hache vint se planter dans son épaule. Il equarquilla les yeux et tomba à terre, le regard vide.
Agara se tenait debout, un grand sourir aux lèvres, le regard satisfait et le poil hérissé.

-Heureusement que je suis là tout de même ! Tu pourra dire ce que tu veut, cela fait deux fois que je te sauve la mise ! Aller viens avec moi je vais soigner tes bléssures à la maison.

Je me levais en rigolant et le suivit jusqu'a chez lui. Il soigna mes blessures, nous nous racontâmes nos vies, nos histoires, nos projets puis nous allâmes dans sa chambre voir si nous étions fait l'un pour l'autre.
Le lendemain, je décidais de partir, j'avais la folle envie d'aller sur l'île des wabbits, aller visiter de nouveaux horizons, Agara désirait me suivre, m'accompagner dans ma quête. Je venais de trouver un nouveau compagnons ainsi que le père de mon futur enfant. Malgré tout, les mercenaires me manquaient, mais je serait encore plus heureuse de les voir aprés ma quête.


[HRP] Bon comme vous avez pus le voir, je tente de me lancer dans la rédaction d'une série de récits qui vont compléter le Background de mon personnage. Malheureusement, je ne maitrise toujours pas bien le Roleplay ainsi que le talent nécessaire à la rédaction d'un bon récit. Si vous pouviez me donner vos critiques histoire que je ne pollue pas la bibliothèque à tour de bras ce serait gentil ! Si ce récit vous satisfait, j'en écrirais surment par la suite pour compléter l'histoire de Shathra ^^. Voilà je pense que j'ai tout dit et n'hesitez pas à balancer toutes vos remarques ! Bonnes comme mauvaises ! [HRP]


Dernière édition par Shathra le Mer 9 Mar - 20:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shathra
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin Le Chacha
Nombre de messages : 21
Age : 23
Classe : Sacrieuse
Métiers : Min'heure (100), bijoutier (65), joillomage (15)
Cercle :
108 / 200108 / 200

Contrats de prédilection : Je sais pas j'en est jamais fait =D
Date d'inscription : 11/02/2011

Qui est-ce ?
Cercle::
0/0  (0/0)

MessageSujet: Un voyage mouvementé   Lun 7 Mar - 23:40

[HRP] Si vous lisez ses lignes, c'est que vous avez lu au préalable le premier chapitre de mes recits "massacre à Pandala". Si ce n'est pas le cas, je vous invite à aller le lire car ce texte en complémentaire à celui que je viens de vous indiquer =). Bonne lecture [HRP]



Nous nous levèrent à l'aube, j'étais préssée de partir, d'aller découvrir une nouvelle contrée. Agara lui était un peu triste, mais il désirait de tout coeur suivre sa nouvelle compagne. Agara me montra son coffre, lorsque il l'ouvrit, je découvris la richesse de mon nouvel amant, j'étais stupefaite, je n'avais jamais vue tant d'argent reuni au même endroit ! Agara remarqua mon étonnement et prit la parole :
-Ma famille à toujours été assez riche, nous sommes propriétaires de plusieurs maisons dans les villages de Pandala, nous achetons, nous rénovons, nous revendons. Et voilà le résultat !
-Mais c'est énorme ! Pourquoi ne part tu pas de cette île ? Tu pourrais aller vivre ou tu veut ! Visiter Bonta, t'acheter une maison loin d'ici ! Vivre t'a vie comme tu l'entend au lieu de rester sur cette île !
-Mais ma vie, je veut la passer avec toi.


Agara remplit plusieurs bourses de kamas, assez pour subvenir à nos besoins pendant plusieurs semaines. Nous priment ensuite la direction du forgeron de pandala, histoire de s'équiper avant de partir à l'aventure. Agara s'achetta un sabre, long et fin, quelque chose de léger et tranchant qui pourfendrerait ses ennemis à merveille ! Il voulait m'acheter de nouvelles dagues, mais je refusais, j'étais trés attachée à mes armes actuelles. Nous priment ensuite la direction du port, un bateau avait été affrété il y a peu. Il était disais on, prévu pour voyager vers l'île des wabbits.

Arrivés au port, nous demandâmes notre chemin aux marchands qui tentaient de reffourguer leur camelotte aux passants. L'un d'eux nous répondit :

-Vers le milieu du port, un grand bateau avec des mats en bambouto, c'est un bateau prévu pour transporter des marchandises mais il fait route vers l'île des wabbits il me semble. Faites attention aux pirates, un bateau roublard traquerait les n'vires marchands de la région à c'qui parait !
-Merci du renseignement, bonne journée.
-Bonne chance pour la traversée ...


Nous marchâment de longues minutes avant de trouver le bateau, en effet il était majestueux, tout en bois exotique, ses voiles étaient blanches, le drapeau représantait une balance signe d'un bateau de marchands. Il y avait trois grands mâts en bambouto, larges à l'air trés solide. Il n'était pas armé, toutes les calles devaient être occupées par des marchandises, les canons n'y avaient pas leur place.
Nous avancères vers le quai ou était amaré notre futur moyen de transport. Un curieux personnage gardait l'entrée du quai, c'était un vieil homme un peu rabougri par le temps, ses yeux étaient vitreux, ses pupilles avaient l'air abimées, elles étaient d'un bleu assez étrange comme si le vieil énutrof était aveugle. Nous nous approchèrent pour lui parler.

-Bonjour, nous désirons voyager sur ce bateau, il part bien à destination de l'île des wabbits ?
-En effet, nous allons chercher des cawottes pour un riche habitant de feudalla. Malheureusement, nous n'acceptons pas de voyageur à bord jeune fille.
-Nous avons de l'argent, beaucoups d'argent.
-Ce n'est pas le problème, des pirates trainent dans la région et si ils nous attaquent, vous risquez votre vie.
-Nous n'avons pas peur, nous savons nous défendre !


L'enutrof eu un grand éclat de rire, J'étais assez vexée, malgré tout je gardais mon sang froid et tentais de répliquer
-Mais...
-Frokuto ! Viens par ici mon garçon !

Un énorme sadida, grand comme deux fois ma taille, sortit du bateau et s'approcha d'un pas lourd sur le quai. Sa démarche était rapide malgré son poids, il devait peser au moins le triple de mon poids, voir plus ! Lorsque il fut devant moi, il sourit bêtement et me fit signe de la main. Je répliquais de la même manière avec un sourire gêné.
-Ne faites pas attention à ses manières, il n'est pas bien dans sa tête, le dieu sadida ne l'a pas gâté. Dit l'enutrof
-Gaaah, bisous pa..pa..papy.
-Frokuto, cela fait longtemps que tu ne t'es pas battu n'est ce pas ?


Le gros sadida balancait sa tête d'avant en arrière d'un air benêt.
-Dans ce cas, tu va affronter cette jeune fille, pour voir si elle est digne de monter sur le navire.
-Accoooord, viens copiiine on va joueeeerr.

Le Sadida m'attrapait fermement la bras et me trainait sur la place devant le quai. Il fît craquer ses doigts et tenta de m'ecraser entre son poing et le sol. J'eu à peine le temps d'esquiver son attaque. Là ou je me tenais précédemment, le sol avait complètement été enfoncé sous la puissance du géant. Il me regarda, l'air surpris et dit à l'enutrof.
-Jeee faiiiit 'oi pa..pa..papyyy ?
-Débrouille toi mais bat toi ! Voyez vous, vous êtes la première personne qu'il n'applatit pas du premier coups !! Il est trés déstabilisé ! Hein mon con ?


Le sadida foncait sur moi à une vitesse surprenante !! Il utilisait son poids pour étre entrainé vers l'avant ! Son poing s'abattit sur une echoppe, le commercant l'evita de justesse. Le sadida redoublait donc de concentration afin de me toucher. Il enchaina les coups, mais j'étais trop rapide et il n'arrivait pas à m'avoir. Dans un excés de confiance, je ne fut pas assez attentive et il me frappa de plein fouet, je m'écrasais sur un tas de riz.
-Ah ah ! Comme tu le voit, jeune sacrieuse, tu n'est même pas assez forte pour combattre mon fils adoptif ! Comment pourrais tu te défendre face à une horde de pirates ?

Je sortit une de mes dagues et la lancait en direction de la main gauche du sadida. Elle se plantait sans un bruit, seul le gémissement de Frokuto vint briser le silence. L'enutrof fronça les sourcils, s'approcha de son fils et nous fit signe de le suivre.
-Pourquoi l'avoir bléssé ? Ce n'était pas nécessaire !
-Vous ne nous auriez pas laisser monter autrement !
-Bon bon, si vous soignez sa bléssure, je vous emmène !
-Marché conclu !
-Nous larguons les amares dans Une heure !


Une heure plus tard, Agara avait soigné la blessure de Frokuto, et nous étions prêt à partir. L'enutrof nous invita donc à monter à bord. L'équipage était composé uniquement de pandawas, comme je l'avais prévu, les calles étaient remplies de marchandises. L'enutrof nous emmenait dans notre cabine, une toute petite pièce avec deux lits et un tabouret.
-Le voyage va durer deux jours, reposez vous si vous le voulez ou venez prendre l'air sur le pont. Ne descendez pas dans la calle et ne volez rien ! Au fait, mon nom est Ropel.

Nous déposâmes nos affaires dans la cabine puis nous montâmes sur le pont pour assister au départ du navire. Le voyage se passait bien. Les choses se gattèrent à mi-chemin. Alors que nous étions en train de somnoler tranquillement sur le pont, le Pandawa chargé de la surveillance aperçu un bateau au loin, il portait les couleurs des roublards et il se dirigeait vers nous. Ropel vint nous voir.
-Comme je vous l'avais dit, les pirates sont là, nous devons nous préparer au combat car nous ne sommes pas assez rapide, la bataille est inévitable.
-D'accord, nous sommes prêts.


L'équipage préparait les flèches tandis qu'Agara aiguisait son sabre. Moi, je pensais aux mercenaires, que faisaient ils en ce moment ? Etaient ils bien au chaud à la maison d'Astrub ? Affrontez ils quelques dangereux monstres pour honorer un contrat ? L'avertissement de Ropel me tira de mes pensées, les pirates se préparaient à passer à l'abordage.

Les cris des roublards retentirent à l'unisson, les crochets s'aggripèrent aux bords du navire et les premières flèches sifflèrent. Le combat commençait. Comme à mon habitude, je sortais mes dagues, m'entaillais le bras afin de faire appel à mes pouvoir de sacrieuse puis je me jettais corps et âme dans la bataille. La violence était partout, les cadavres jonchaient déjà le plancher du navire. Je me démenais comme une tigresse, je voltigeais de tout les cotés, tranchant les chairs de mes ennemis, transpercant les torses, brisant les bras et goutant à la souffrance. Le combat était assez égal, les roublards étaient bien entrainés, ils avaient l'habitude de se battre. L'équipage lui ne savait pas vraiment se battre, les pandawa donnaient des coups un peu au hasard, ils tentaient de se défendre tant bien que mal et leur nombre diminuait rapidement.
Puis je vit Ropel. Malgré son grand âge et sa fatique, il savait combattre, armé d'une pelle et d'un petit bouclier, il faisait un ravage parmis les bandits, tout les roublards passant à sa portée trepassaient, il faisait preuve d'une agilité déconcertante ! Malgré tout, la bataille était perdu d'avance. L'équipage n'était plus composé que de trois pandawa plus habiles que les autres, de Ropel, Frokuto, Agara et moi. C'est alors que le pire arriva, sans le savoir, Ropel avait laissé une faille dans sa défense, un roublard avait reussi à se faufiler derrière le vieil enutrof et eu l'occasion de l'assassiner. Un poignard vint transpercer le coeur du vieux guerrier et ce fut finir pour lui. Frokuto rentra dans une frénésie alarmante, mélange de rage et de tristesse. Il attrapait la tête de l'assassin de son père et la broya avec sa main droite, le craquement du crâne se fit entendre sur tout le navire. Le cris du malheureux fut tel que ses compagnons devinrent livides. Mais le carnage ne s'arreta pas là, le sadida tuait tout ce qui lui passait sous la main, amis comme ennemis. Un pandawa périt sous ses coups incontrolés, bientot, tout les roublards furent décimés par le géant en colère. La bataille finit, il ne restait que cinq survivants.

Nous décidames de récupérer le bâteau des pirates car il était plus petit et plus maniable. Avec celui ci nous arriverions plus vite chez les wabbits. Arrivés sur l'île, nous entérâmes Ropel prés de la côte, sa pelle planté à ses cotés comme signe de son appartenance au culte enutrof. Les deux pandawa qui restaient décidèrent de repartir sur leur île avec le bateau des pirates. Quand à Frokuto, il resterait avec nous, il appréciait notre compagnie. Malgré la perte de son père, il était content de nous avoir rencontré. Nous avions donc reussi à atteindre l'île malgré de nombreuses pertes. Agara, Frokuto et moi nous allions pouvoir explorer ce nouveau territoire inconnu. De nouvelles aventures nous attendaient et j'en étais trés heureuse malgré mon désir de revoir mon clan. Mais aprés tout, ce petit temps de séparation me ferait surement du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un voyage sans fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tueur Sans-Visage - Le retour
» Une rumeur, un murmure sans nom...
» [ACHAT]Soeurs du crépuscule sans dragon
» [MONTAGE] De team Urgoz NM/HM
» question sans reponse sur sirocco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan des Eldrigans :: Le village :: La Bibliothèque du Clan :: Les Ecrits des Mercenaires et Voyageurs-
Sauter vers: