Une partie des images présentes sur ce forum est l'oeuvre et la propriété d'Ankama ©
www.dofus.com/fr




Partagez | 
 

 Mon histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wouid
Aventurier
Aventurier
avatar

Nombre de messages : 8
Cercle :
0 / 2000 / 200

Date d'inscription : 13/01/2010

Qui est-ce ?
Cercle::
0/0  (0/0)

MessageSujet: Mon histoire   Mar 13 Avr - 1:34

Allons allons, je vais vous donner mon histoire entière, commencons par le début alors...
Chapitre 00 :

Un son, une image, des voix, je présume que tout le monde voit le jour comme ça, puisque moi même je ne me souviens que de ça....
Sur moi, des mains, douces et chaudes, suantes mais chaleureuse, un visage épanoui avec un bonheur eclatant, humide et chaud, ça doit être ma mère...
Je ne saurais vous dire comment elle était vraiment...
A côté, une grande foule, dont une personne qui se distinct, assez grand et fort, rigolant bêtement et parcemé de tatouage, le torse nu avec une dizaines d'épée et de cicatrices...Mon père sans doute...

Je suis donc né comme ça, je ne suis pas une personne étonnant, je suis comme les autres, j'ai des cheveux blancs et une peau matte, le seul hic, c'est que je répend une aura noir autour de moi, ainsi les corbeaux et corbacs me suivent, ainsi que la mort, la souffrance et la folie...

Je ne suis pas à me plaindre, les première années de ma vie, je les ai passé reclus de mes camarades... Mais j'allais à l'école.
Une école de magie, d'éducation et de croyances, là-bas on m'évitait quand même, j'étais assez bons et calme...
Tantôt on me craignait, tantôt j'étais le martyre des élèves de l'école, tout les jours, je passais par mon chemin pour y aller, ce long et court chemin...
Calme et bruyant à la fois, tandis que tout les jours je passais par ce chemin, un jour quelquonque j'aperçue brièvement le manche d'une épée, assez tranchante pour evicerer le ventre d'un des elèves de la cour...M'enfin, je le pensais sans vraiment le vouloir...
Un jour, triste journée, Revenant de l'école, venant de me faire tabasser par une dizaine d'elèves, j'aperçue une large fumée noir provenant de la direction où j'allais, 30 centimètres de brique c'est utile quand votre voisin regarde un match de boufbolle en compagnie de ses amis, ou encore quand votre maison crache des flammes et quantités de débris qui autrefois était vos meubles ou tables pour manger...
Ce sont des choses qui arrives...
Dans le même incendie, ma mère, morte brulé, mon père lui, était partit chasser le kanigrou, mais ne rentra jamais à la maison dès qu'il apprit que sa maison était parti en ruine...
Tout à vite basculé, et quelques jours plus tard, alors que mes habits n'étaient plus propres et soyants, que je n'avais plus qu'un vieux pantalons troué avec un chiffon en guise de t-shirt.. une phrase au mauvais endroits, au mauvais moments sorti de la bouche d'un élève.
C'est à ce moment là, où le déclic à vraiment eu lieu, où mes yeux sont devenu rouge et que de tatouages sont sorti subitement de ma peau matte et bleuies de coups, en dehors de l'école, à côté du buisson où se trouvait cette épée, une voix ma carressait l'oreille, Sacrieur ? Non, une voix masculine, une voix démoniaque, une voix de Berserk.
Cette voix se nommait Jashan : " Et si tu les tuait ? Tu seras soulager, je te pardonnerais, de tout tes péchés, soumet toi à cette violence, et je te donnerais la puissance "
Sous la colère, la lame transperça le poumon du jeune homme, ainsi que tout les autrs, non content de cela, l'école brula d'un feu noir, obscur, une deferlante tempête versa le sang et englouti le village dans les ténèbres, ce qui en ressorti n'était plus que débris.

Un oeil s'ouvrait, puis l'autre, n'apercevant que du noir, sequestré dans une salle humide et noséabonde, ou les dalles sentaient encore le sang chaud des condamnés à mort à qui la folie avait pris le deçu, des écrits et des griffures de forcats qui avait taillé chaques dalles et construit la cellules, il y avait même encore le chant de la mort qui valser et résonnait dans mes oreilles, le chant effroyable du rythme des coups de pioches executer par les forcats morts en créant cette cellule et autres énergumènes qui ont séjournées dedans...
Un son non glorieux sortait de ma bouche obstruée par le froid de la pierre qui me touchait le visage..
- Qu'est ce que je fais ici ? Qu'ai-je fait ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan des Eldrigans :: Le village :: La Bibliothèque du Clan :: Les Ecrits des Mercenaires et Voyageurs-
Sauter vers: